• Collections

    Depuis très très longtemps je collectionne les tortues en tous genres, je collectionne également les cartes postales de Stenvall, Höröla, Inge Löök de Finlande, les cartes postales géo, les cartes postales calendriers et tout sur George Sand ! Je propose des échanges, 'ai des MP, capsules de champagne, cartes postales, calendriers, télécartes, cartes de visite, sous bocks, timbres, petits savons, magnets, sables, dés, touilleurs, livres à échanger...................

     

    Collections

  • Alyson connue par Facebook, collectionne comme moi les tortues, nous avons déjà échangé, aujourd'hui j'ai reçu ce colis:

    Echange avec Alyson

    Je lui ai envoyé ceci:

    Echange avec Alyson

    Echange avec Alyson

    Echange avec Alyson

    Merci beaucoup à renouveler!


    12 commentaires
  • Les autorités malaisiennes ont intercepté un bateau de contrebandiers transportant environ 3'300 tortues à nez de cochons, une espèce extrêmement menacée.

     

    Des trafiquants arrêtés avec plus de 3'000 tortues

    Le nombre de tortues saisies mercredi a été qualifié d'«incroyable» par une organisation écologiste. (Photo: MMEA)

     

    Deux trafiquants arrêtés mercredi en Malaisie transportaient sur leur bateau quelque 3300 tortues à nez de cochon, une espèce menacée, ont annoncé les autorités dans ce pays qui tente d'endiguer le commerce illicite d'animaux sauvages. 

     

    Environ 36'600 francs

    Cette opération survient deux semaines après une saisie record de 30 tonnes de pangolins et d'écailles de pangolin, un mammifère menacé d'extinction dont le commerce est interdit.

    Les deux trafiquants ont été arrêtés par des garde-côtes peu après minuit, au large de l'Etat méridional de Johor. Ils transportaient «sept paquets contenant environ 3300 tortues, apparemment destinées à être vendues dans le pays», a expliqué dans un communiqué un responsable des garde-côtes, le commandant Mohammad Othman.

    La valeur des tortues saisies est estimée à environ 150'000 ringgits (36'600 chf) et l'affaire a été confiée aux responsables de la protection de l'environnement, a-t-il poursuivi, sans donner d'indication sur la provenance des trafiquants.

    Espèce en danger

    La tortue à nez de cochon, qui tient son nom de son groin proéminent, est une tortue d'eau douce qui compte parmi les espèces les plus en danger, selon l'Union internationale de la conservation de la nature (UICN). Elle vit dans le sud de la province indonésienne de Papouasie ainsi qu'en Papouasie-Nouvelle-Guinée et dans le nord de l'Australie.

    Elle fait l'objet d'une forte demande à Singapour et en Chine, où elle est vendue comme animal de compagnie, et finit parfois sur les étals des marchés alimentaires.

    Le nombre de tortues saisies mercredi a été qualifié d'«incroyable» par l'organisation écologiste Traffic Southeast Asia, soulignant le danger encouru par cette espèce très menacée par le trafic. «Nous espérons que l'enquête permettra de rassembler davantage d'informations sur les réseaux de trafiquants depuis l'Indonésie et les pays voisins», a observé la porte-parole de l'organisation, Elizabeth John.

    (nxp/afp) 

    Des trafiquants arrêtés avec plus de 3'000 tortues


    13 commentaires
  • Une femelle adulte « Chelonoidis Phantastica » a été trouvée sur l’île de Fernandina pendant une expédition. Cette espèce était considérée comme éteinte depuis plus d’un siècle.

    Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 03h22, mis à jour à 08h10

     

    « Chelonoidis Phantastica », découverte sur l’île de Fernandina. CAPTURE D'ECRAN / TWITTER

    Les spécialistes la pensaient éteinte depuis plus d’un siècle. Mais un spécimen vivant d’une tortue géante appartenant à l’espèce Chelonoidis Phantastica a été découvert dans l’archipel équatorien des Galapagos, a annoncé, mardi 19 février, le ministre de l’environnement, Marcelo Mata.

    Une femelle adulte a été trouvée sur l’île de Fernandina pendant une expédition organisée par le parc national des Galapagos et l’organisation environnementale américaine Galapagos Conservancy, a tweeté le ministre sans plus de précisions.

    La tortue géante Chelonoidis Phantastica est endémique de Fernandina, une île inhabitée des Galapagos, archipel volcanique du Pacifique célèbre pour sa faune et sa flore uniques au monde. Cette espèce était toutefois considérée comme éteinte, à l’instar de Chelonoidis de l’île Santa Fe et de Chelonoidis abingdonii de l’île Pinta.

    Une longévité exceptionnelle due à une capacité génétique

    En 2015, l’Equateur avait annoncé la découverte d’une nouvelle espèce de tortue aux Galapagos, baptisée « Chelonoidis donfaustoi »en l’honneur de Fausto Llerena, qui fut le soigneur du célèbre « George le solitaire ». Ce dernier, ultime spécimen de Chelonoidis abingdonii, était mort en captivité en 2012 à un âge estimé à 90 ans après avoir refusé de s’assurer une descendance en s’accouplant avec des femelles d’espèces apparentées.

    Quinze espèces de tortues géantes ont été recensées dans l’archipel, y compris celles considérées comme éteintes. Les scientifiques considèrent qu’elles sont arrivées sur place il y a trois ou quatre millions d’années et qu’elles ont été dispersées par les courants marins, créant des espèces différentes, adaptées aux habitats des différentes îles.

    Les tortues des Galapagos doivent leur longévité exceptionnelle à une capacité génétique permettant de réparer l’ADN, selon les scientifiques.

    Un spécimen vivant de la tortue géante, que l’on pensait éteinte, découvert aux Galapagos


    11 commentaires
  • La majorité de ces reptiles sont des tortues golfina, menacées d’extinction. Les causes de leur mort restent indéterminées.

    122 tortues marines retrouvées mortes sur des plages du sud du Mexique

    Le 20 juillet 2018, des tortues golfina (ou tortue olivâtre) sur la plage de Ixtapilla, dans l’Etat du Michoacan au Mexique. ENRIQUE CASTRO / AFP

     

    Cent vingt-deux tortues marines ont été trouvées mortes sur des plages de Puerto Arista, dans le sud de l’Etat mexicain du Chiapas. 

    « Les causes de la mort n’ont pas été déterminées, en raison de l’état de décomposition des cadavres qui a empêché les autopsies », a précisé dans un communiqué différentes autorités gouvernementales dirigées par le ministère de l’environnement.

     

    Des traces de coups sur la tête et sur la carapace, et des marques laissées par des crochets ont toutefois été relevées sur 10 % des cadavres.

     

    Le commerce illégal des œufs

     

    Des 122 tortues retrouvées sur les plages, 111 appartiennent à l’espèce golfina (ou tortue olivâtre), menacée d’extinction. Les autorités ont affirmé qu’elles intensifiaient leurs efforts pour combattre la capture des tortues qui peuplent les plages du Chiapas.

     

    Le Mexique interdit depuis 1990 cette pratique, mais un commerce illégal des œufs perdure. Ils sont utilisés dans la cuisine traditionnelle des peuples indigènes du sud du pays et on leur prête, en outre, des propriétés aphrodisiaques. Le trafic des tortues marines est puni de neuf années de prison au Mexique.

    122 tortues marines retrouvées mortes sur des plages du sud du Mexique


    2 commentaires
  • Ce phénomène est provoqué par un micro-organisme présent naturellement dans l'eau, mais particulièrement dangereux pour la faune depuis quelques semaines

    En Floride, une "marée rouge" décime les dauphins, les tortues et les poissons 

    Des poissons échoués sur une plage à Sanibel, en Floride, tués par une "marée rouge", le 1er août 2018.  (JOE RAEDLE / AFP)

    C'est une plaie qui s'abat sur la Floride depuis quelques semaines : une "marée rouge" noircit l'eau de mer et tue dauphins, tortues marines et poissons à un rythme effréné. Ce phénomène est naturel, mais tellement intense cette année que le gouverneur de Floride a décrété l'état d'urgence, lundi 13 août.

    En août, plus de 100 tonnes d'animaux marins ont été ramassées sur des plages autour de la ville de Sarasota, sur la côte ouest de l'Etat. Depuis le 7 août, 12 dauphins se sont échoués sur le rivage du comté, tous morts, un bilan équivalent à celui d'une année entière en temps normal.

    En Floride, une "marée rouge" décime les dauphins, les tortues et les poissons 

    Un requin-baleine échoué sur une plage à Sanibel, en Floride, le 22 juillet 2018, et probablement tué par la "marée rouge" selon la Florida Fish and Wildlife Conservation Commission. (REUTERS)

    Les touristes fuient les mauvaises odeurs

    La "marée rouge" est un phénomène naturel provoqué par le karenia brevis, un organisme unicellulaire microscopique surtout présent dans le golfe du Mexique. Il relâche une neurotoxine puissante pouvant se propager dans l'air, causant migraines, toux et crises d'asthme chez l'homme, et plus dangereux encore chez les animaux. Il est présent toute l'année dans l'eau en faible quantité mais, quand il se multiplie, ses effets sont dévastateurs.

    En Floride, une "marée rouge" décime les dauphins, les tortues et les poissons

    L'eau de mer noircie par un phénomène naturel appelé "marée rouge", le 1er août 2018, sur une plage à Sanibel en Floride. (JOE RAEDLE / AFP)

    Le phénomène qui touche actuellement la Floride a débuté en octobre 2017, mais il s'est largement accentué ces dernières semaines. Selon des experts, l'agriculture industrielle et un mauvais traitement des déchets peuvent le favoriser.

    Il a aussi des conséquences économiques. Normalement très prisées des touristes, les plages de la côté ouest de la Floride, aujourd'hui désertes, sont empestées par une odeur nauséabonde.

    En Floride, une "marée rouge" décime les dauphins, les tortues et les poissons


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique