• Collections

    Depuis très très longtemps je collectionne les tortues en tous genres, je collectionne également les cartes postales de Stenvall, Höröla, Inge Löök de Finlande, les cartes postales géo, les cartes postales calendriers et tout sur George Sand ! Je propose des échanges, 'ai des MP, capsules de champagne, cartes postales, calendriers, télécartes, cartes de visite, sous bocks, timbres, petits savons, magnets, sables, dés, touilleurs, livres à échanger...................

     

    Collections

  • La majorité de ces reptiles sont des tortues golfina, menacées d’extinction. Les causes de leur mort restent indéterminées.

    122 tortues marines retrouvées mortes sur des plages du sud du Mexique

    Le 20 juillet 2018, des tortues golfina (ou tortue olivâtre) sur la plage de Ixtapilla, dans l’Etat du Michoacan au Mexique. ENRIQUE CASTRO / AFP

     

    Cent vingt-deux tortues marines ont été trouvées mortes sur des plages de Puerto Arista, dans le sud de l’Etat mexicain du Chiapas. 

    « Les causes de la mort n’ont pas été déterminées, en raison de l’état de décomposition des cadavres qui a empêché les autopsies », a précisé dans un communiqué différentes autorités gouvernementales dirigées par le ministère de l’environnement.

     

    Des traces de coups sur la tête et sur la carapace, et des marques laissées par des crochets ont toutefois été relevées sur 10 % des cadavres.

     

    Le commerce illégal des œufs

     

    Des 122 tortues retrouvées sur les plages, 111 appartiennent à l’espèce golfina (ou tortue olivâtre), menacée d’extinction. Les autorités ont affirmé qu’elles intensifiaient leurs efforts pour combattre la capture des tortues qui peuplent les plages du Chiapas.

     

    Le Mexique interdit depuis 1990 cette pratique, mais un commerce illégal des œufs perdure. Ils sont utilisés dans la cuisine traditionnelle des peuples indigènes du sud du pays et on leur prête, en outre, des propriétés aphrodisiaques. Le trafic des tortues marines est puni de neuf années de prison au Mexique.

    122 tortues marines retrouvées mortes sur des plages du sud du Mexique


    1 commentaire
  • Ce phénomène est provoqué par un micro-organisme présent naturellement dans l'eau, mais particulièrement dangereux pour la faune depuis quelques semaines

    En Floride, une "marée rouge" décime les dauphins, les tortues et les poissons 

    Des poissons échoués sur une plage à Sanibel, en Floride, tués par une "marée rouge", le 1er août 2018.  (JOE RAEDLE / AFP)

    C'est une plaie qui s'abat sur la Floride depuis quelques semaines : une "marée rouge" noircit l'eau de mer et tue dauphins, tortues marines et poissons à un rythme effréné. Ce phénomène est naturel, mais tellement intense cette année que le gouverneur de Floride a décrété l'état d'urgence, lundi 13 août.

    En août, plus de 100 tonnes d'animaux marins ont été ramassées sur des plages autour de la ville de Sarasota, sur la côte ouest de l'Etat. Depuis le 7 août, 12 dauphins se sont échoués sur le rivage du comté, tous morts, un bilan équivalent à celui d'une année entière en temps normal.

    En Floride, une "marée rouge" décime les dauphins, les tortues et les poissons 

    Un requin-baleine échoué sur une plage à Sanibel, en Floride, le 22 juillet 2018, et probablement tué par la "marée rouge" selon la Florida Fish and Wildlife Conservation Commission. (REUTERS)

    Les touristes fuient les mauvaises odeurs

    La "marée rouge" est un phénomène naturel provoqué par le karenia brevis, un organisme unicellulaire microscopique surtout présent dans le golfe du Mexique. Il relâche une neurotoxine puissante pouvant se propager dans l'air, causant migraines, toux et crises d'asthme chez l'homme, et plus dangereux encore chez les animaux. Il est présent toute l'année dans l'eau en faible quantité mais, quand il se multiplie, ses effets sont dévastateurs.

    En Floride, une "marée rouge" décime les dauphins, les tortues et les poissons

    L'eau de mer noircie par un phénomène naturel appelé "marée rouge", le 1er août 2018, sur une plage à Sanibel en Floride. (JOE RAEDLE / AFP)

    Le phénomène qui touche actuellement la Floride a débuté en octobre 2017, mais il s'est largement accentué ces dernières semaines. Selon des experts, l'agriculture industrielle et un mauvais traitement des déchets peuvent le favoriser.

    Il a aussi des conséquences économiques. Normalement très prisées des touristes, les plages de la côté ouest de la Floride, aujourd'hui désertes, sont empestées par une odeur nauséabonde.

    En Floride, une "marée rouge" décime les dauphins, les tortues et les poissons


    7 commentaires
  • Mexique. Une petite tortue reconnue comme nouvelle espèce

    Une petite tortue signalée par les habitants de la côte ouest du Mexique depuis une vingtaine d’années a été reconnue comme nouvelle espèce par les scientifiques. Nommée « Kinosternon vogti », cette tortue longue de dix centimètres est classée parmi les espèces « à haut risque d’extinction ».

    Elle possède une tache jaune sur le bout de son nez, est plus agile que ces congénères et vit dans les ruisseaux ou rivières près de la ville balnéaire de Puerto Vallarta, dans l’État de Jalisco, sur la côte ouest du Mexique : une tortue baptisée « Kinosternon vogti » a été reconnue en mai dernier comme une nouvelle espèce.

     

    Les villageois ont signalé la présence de ce reptile il y a une vingtaine d’années, mais les scientifiques pensaient qu’il s’agissait d’un spécimen juvénile d’autres espèces déjà connues dans la région. Il a fallu attendre ces cinq dernières années pour que des chercheurs finissent par s’y intéresser et publient des travaux dans la revue Chelonian Conservation and Biology.

    Dix centimètres de longueur

    Cette tortue appartient au genre Kinosternon, dont il existe douze autres espèces au Mexique. Selon les chercheurs, « il s’agit d’une espèce endémique, unique à ce site », indique Fabio German Cupul, professeur à l’Université de Guadalajara.

    Ses pas sont plus rapides que ceux des autres tortues et elle aime se mettre à l’ombre d’un arbre pour s’abriter du soleil. Surnommée « petit casque de Vallarta » en raison de la similitude de sa carapace avec un casque, elle ne dépasse pas 10 centimètres de longueur et tient dans la paume d’une main. « Elle est plus large que haute, contrairement à toutes les autres espèces qui existent », souligne le scientifique.

    Une espèce « à haut risque d’extinction »

    La nouvelle espèce a été nommée « Kinosternon Vogt » en l’honneur de l’herpétologue américain Richard Vogt, qui travaille depuis plus de 40 ans sur les tortues des États-Unis, du Mexique et d’Amérique centrale. 

    Seuls neuf spécimens ont pu être étudiés, dont quatre d’entre eux vivants et cinq découverts morts. Le peu de spécimen trouvé encore en vie fait de cette tortue une espèce « à haut risque d’extinction », averti Fabio German. Un mâle et une femelle ont depuis intégré un élevage dans l’État de Tabasco, tandis que deux autres mâles ont rejoint un enclos dans une ferme à crocodiles de Puerto Vallarta. 

    Mexique. Une petite tortue reconnue comme nouvelle espèce


    4 commentaires
  •  

    Le centre d'accueil pour tortues abandonnée Emys a accueilli ses premières protégées.

     

    Les tortues ont intégré leur nouveau centre

    Il n'est pas encore totalement terminé, mais après environ un an et demi de travaux, le Centre Emys a pu accueillir ses premières protégées. Des tortues d'eau ont découvert avec plaisir leur nouveau bassin.

    Composé de deux serres d'une surface de 600 mètres carrés, le centre sera intégralement consacré aux chéloniens abandonnés. Et ils en ont besoin: entre le début de l'année et fin juillet, 350 tortues ont été abandonnées.

     
     

    Entre ses bassins et ses enclos extérieurs, le nouveau site a déjà accueilli 1350 animaux à carapace, indique Jean-Marc Ducotterd, président de PRT – l'association Protection et Récupération des Tortues. Parmi ces pensionnaires se trouvent plus de 200 tortues terrestres.

    Outre des familles d'accueil les chéloniens, le centre cherche encore des fonds pour achever son installation. 

    (aia)

    Les tortues ont intégré leur nouveau centre


    7 commentaires
  • Alyson avec qui j'ai fait un échange m'a envoyé ceci:

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson

    Merci Alyson


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique