• Le piocheur des terres gelées

    Je viens de terminer ce livre :

    Le piocheur des terres gelées

     

    Résumé:

    En Auvergne, à la fin du XIXe siècle, autour d'une activité naissante, le thermalisme, les destins croisés d'Ismen Fulbert, vieil aventurier, et de Péroline, jolie veuve.
    Péroline travaille avec passion à la station thermale de Château-sur-Sioule. Comme à Vichy, Châtelguyon et d'autres villes du Massif central, les premiers curistes, bourgeois clermontois pour la plupart, s'y pressent pour soigner leurs affections. Parmi eux, Ismen Fulbert, géologue ayant passé vingt ans de sa vie à chercher des minéraux en Sibérie et aujourd'hui perclus de rhumatismes. Une touchante amitié va lier l'homme vieillissant à Péroline et aux habitants de la station, qui bientôt vont le considérer comme leur bienfaiteur...
     

    photo

     

    Biographie:

    Né à Montbrison (Loire) en 1948, journaliste de radio dans les années 70, après des études de lettres à l’Université de  Clermont-Ferrand et une carrière de professeur, Gérard Georges se tourne vers le métier de Chef d’établissement.

    Il débute sa carrière administrative à Olliergues, petite bourgade auvergnate située entre Thiers et Le Puy-en-Velay. En 1993, il est nommé Principal du collège Jules-Romains d’Ambert, au pays d’Henri Pourrat, d’Alexandre Vialatte et de Lucien Gachon. Après une nouvelle mutation dans un collège de Clermont-Ferrand en 2002, il cesse son activité professionnelle trois ans plus tard pour ne plus se consacrer désormais qu’à sa passion, la littérature.
    Romancier, poète, nouvelliste, l’auteur d’œuvres comme L’Herbe de la Toussaint ou La Violente Espérance veut célébrer ses deux provinces : le Forez de ses racines et l’Auvergne, sa patrie d’adoption.
    Le thème récurrent à cette œuvre (qui comprend une vingtaine de titres) est la Nature. Elle est partout présente, aussi bien dans la poésie (Mortes Feuilles est un véritable hymne à l’automne, ses grisailles mais aussi ses couleurs chatoyantes), dans les nouvelles (Par-delà la Montagne ) que dans ses romans, le genre qu’entre tous il affectionne.
    L’amour des humbles, des êtres parfois rejetés par la société tels Marius de L’herbe de la Toussaint ou Than, des Nuits de follelune, alimente aussi la description souvent attachante qu’il en fait.
    Gérard Georges est en outre le responsable du Prix Lucien-Gachon. Créé à son initiative en 1993, ce prix littéraire, décerné tous les ans à Châtel-Guyon, a déjà permis de récompenser des écrivains du terroir dont certains ont à présent un renom national.
    Dans le sillage de Jean Anglade, le « Patriarche des Lettres auvergnates », Gérard Georges est le nouvel arrivant de ce qu’on appelle désormais « l’École romanesque d’Auvergne ». Il est publié aux Editions Calmann-Levy à Paris depuis 2010.

    Depuis 2005, Gérard Georges est chroniqueur culturel et littéraire àRCF la radio 63 (Clermont-Ferrand) et anime une émission hebdomadaire intitulée « Perles de Culture ». Il reçoit une fois par semaine des écrivains, des artistes, des gens de théâtre ou des musiciens.


  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Septembre à 15:03

    merci pour le résumé bizous bizous

    2
    Lundi 4 Septembre à 15:05

    j'aime bien ce genre de livre, je vais me laisser tenter.

    bonne journée, bises

    danièle

    3
    Lundi 4 Septembre à 15:14
    Merci pour le résumé bises
    4
    Lundi 4 Septembre à 16:37

    Bonne lecture

    5
    edith
    Lundi 4 Septembre à 18:24

    je regarderai s'ils l'ont à la bibli, merci pour l'info

    6
    Lundi 4 Septembre à 20:57

    Bonne lecture à toutes!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :