• Je viens de terminer ce livre :

    Le piocheur des terres gelées

     

    Résumé:

    En Auvergne, à la fin du XIXe siècle, autour d'une activité naissante, le thermalisme, les destins croisés d'Ismen Fulbert, vieil aventurier, et de Péroline, jolie veuve.
    Péroline travaille avec passion à la station thermale de Château-sur-Sioule. Comme à Vichy, Châtelguyon et d'autres villes du Massif central, les premiers curistes, bourgeois clermontois pour la plupart, s'y pressent pour soigner leurs affections. Parmi eux, Ismen Fulbert, géologue ayant passé vingt ans de sa vie à chercher des minéraux en Sibérie et aujourd'hui perclus de rhumatismes. Une touchante amitié va lier l'homme vieillissant à Péroline et aux habitants de la station, qui bientôt vont le considérer comme leur bienfaiteur...
     

    photo

     

    Biographie:

    Né à Montbrison (Loire) en 1948, journaliste de radio dans les années 70, après des études de lettres à l’Université de  Clermont-Ferrand et une carrière de professeur, Gérard Georges se tourne vers le métier de Chef d’établissement.

    Il débute sa carrière administrative à Olliergues, petite bourgade auvergnate située entre Thiers et Le Puy-en-Velay. En 1993, il est nommé Principal du collège Jules-Romains d’Ambert, au pays d’Henri Pourrat, d’Alexandre Vialatte et de Lucien Gachon. Après une nouvelle mutation dans un collège de Clermont-Ferrand en 2002, il cesse son activité professionnelle trois ans plus tard pour ne plus se consacrer désormais qu’à sa passion, la littérature.
    Romancier, poète, nouvelliste, l’auteur d’œuvres comme L’Herbe de la Toussaint ou La Violente Espérance veut célébrer ses deux provinces : le Forez de ses racines et l’Auvergne, sa patrie d’adoption.
    Le thème récurrent à cette œuvre (qui comprend une vingtaine de titres) est la Nature. Elle est partout présente, aussi bien dans la poésie (Mortes Feuilles est un véritable hymne à l’automne, ses grisailles mais aussi ses couleurs chatoyantes), dans les nouvelles (Par-delà la Montagne ) que dans ses romans, le genre qu’entre tous il affectionne.
    L’amour des humbles, des êtres parfois rejetés par la société tels Marius de L’herbe de la Toussaint ou Than, des Nuits de follelune, alimente aussi la description souvent attachante qu’il en fait.
    Gérard Georges est en outre le responsable du Prix Lucien-Gachon. Créé à son initiative en 1993, ce prix littéraire, décerné tous les ans à Châtel-Guyon, a déjà permis de récompenser des écrivains du terroir dont certains ont à présent un renom national.
    Dans le sillage de Jean Anglade, le « Patriarche des Lettres auvergnates », Gérard Georges est le nouvel arrivant de ce qu’on appelle désormais « l’École romanesque d’Auvergne ». Il est publié aux Editions Calmann-Levy à Paris depuis 2010.

    Depuis 2005, Gérard Georges est chroniqueur culturel et littéraire àRCF la radio 63 (Clermont-Ferrand) et anime une émission hebdomadaire intitulée « Perles de Culture ». Il reçoit une fois par semaine des écrivains, des artistes, des gens de théâtre ou des musiciens.


    6 commentaires
  • Une nouvelle semaine qui commence, c’est l’occasion de faire un petit point lecture

    Ce rendez-vous du "c’est lundi" se déroule chez Galléane pour parler de nos lectures passées, en cours et à venir

     Ce que j'ai lu la semaine passée:          C'est lundi que lisez-vous? 

     

                                                                      

    Ce que je suis en train de lire:   
     

     

     Ce que je lirai cette semaine:    C'est lundi que lisez-vous?    

     


    17 commentaires
  • Je viens de terminer ce livre :

     

    La maison aux mille lanternes

     

    Résumé:

    Surprenant destin que celui de la gracieuse Jane Lindsay, en cette fin du siècle dernier. Destin, romanesque, cruel et exaltant, qui la conduit d'un paisible château du Derbyshire jusqu'aux mille couleurs, aux mille intrigues de Hong Kong.

    C'est là qu'elle se retrouve propriétaire de la maison aux mille lanternes... Maison qui est à elle seule un univers, avec ses jardins, ses lanternes innombrables et étrangement semblables, ses merveilleux trésors. Maison fascinante mais aussi maléfique, qui semble s'acharner contre la jeune femme. Elle y vit entourée d'ennemis ; des ombres rôdent, des morts inexplicables se succèdent...
    Jane en vient à soupçonner tous ceux qui l'entourent mais, dans sa lutte contre les forces du mal, elle est soutenue par le souvenir d'un amour absolu.

     

     

    La maison aux mille lanternes

     
    Biographie : 
    Nationalité : Angleterre 
    Née le 1er septembre 1906 à Kensington 
    Morte le 18 janvier 1993 en mer entre la Grèce et l'Egypte

    Eleanor Alice Hibbert née Burford était une écrivain britannique auteur de 200 romans historiques, la plupart écrits sous le nom de plume de Jean Plaidy, qui a vendu 14 millions d'ouvrage au jour de sa mort. Elle a choisi d'utiliser plusieurs pseudonymes en raison des différents genres traîtés dans ses livres ; les plus connus, en dehors de Jean Plaidy sont Victoria Holt et Philippa Carr ; moins connus sont ceux publiés sous les noms de Eleanor BurfordElbur FordKathleen KellowEllalice Tate et Anna Percival. Peu de lecteurs ont pu suspecter qu'ils ne formaient qu'une seule et même identité.
     

    4 commentaires
  • Une nouvelle semaine qui commence, c’est l’occasion de faire un petit point lecture

    Ce rendez-vous du "c’est lundi" se déroule chez Galléane pour parler de nos lectures passées, en cours et à venir

     Ce que j'ai lu la semaine passée:   C'est lundi que lisez-vous?    

     

                                                                      

    Ce que je suis en train de lire:       C'est lundi que lisez-vous? 
     

     

     Ce que je lirai cette semaine:     


    9 commentaires
  • Je viens de terminer ce livre:

     

    La maîtresse d'école

     

    Résumé:

    Céline est née en 1918 dans un village de pêcheurs. Depuis qu'elle est enfant, ses parents lui répètent qu'elle épousera un marin. Elle accepte d'autant plus volontiers qu'elle est amoureuse de Pierrot, son matelot. Cela dit, la vie qui va avec ne l'attire pas du tout : l'attente, la peur, le travail harassant chez les mareyeurs... Ce qu'elle veut c'est être institutrice ! Ce rêve, elle le réalisera et croira défaillir de bonheur lorsqu'elle entrera pour la première fois dans sa classe ; défaillir de douleur aussi, lorsque Pierrot lui dira qu'il ne veut pas épouser une institutrice... C'est cette histoire que nous raconte Marie-Paul Armand. Puis celle d'Irène, la fille de Céline. 

     

    Résultat de recherche d'images pour "marie-paul armand"

     
    Biographie:
    Nationalité : France 
    Née à : Leforest , le 14/08/1946
    Morte le : octobre 2011

    Marie-Paul Armand est née dans un petit village du Pas-de-Calais. Après des études universitaires à la faculté de Lille, elle enseigne les mathématiques pendant dix ans. Elle écrit ensuite des histoires pour enfants, puis paraît en 1985 son premier roman, La Poussière des corons (Prix Claude-Farrère), à la mémoire de son grand-père qui fut mineur. Le succès vient ensuite se confirmer de livre en livre, avec Le Vent de la haine (1987), Le Pain rouge (1989), les trois tomes de La Courée - La Courée, Louise et Benoît (de 1990 à 1992)-, La Maîtresse d'école (1995), La Cense aux alouettes (1997), Nouvelles du Nord (1998) et L'Enfance perdue (1999), Un bouquet de dentelle (2001), Au bonheur du matin (2003) et Le cri du Héron (2004). Marie-Paul Armand ne cesse de témoigner sa fidélité et son attachement pour sa région natale. Dans tous ses romans, elle décrit avec talent et générosité la vie des " petites gens " du Nord. Elle touche un public de lecteurs de plus en plus fidèles et enthousiastes. Elle est considérée comme l'un des meilleurs auteurs régionalistes actuels. Elle est décédée en octobre 2011

     

    La maîtresse d'école


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique