• Je viens de terminer ce livre offert par Amélie:

    Hangar 21

    Résumé:

    Le lieutenant Phil Bozzi et le capitaine François Le Duigou sont pour la première fois détachés à Nantes au commissariat central. À peine commencent-ils à prendre leurs marques que le cadavre d'une femme est repêché dans la Loire, face à l'île de Nantes et ses célèbres chantiers réinvestis par les Machines de l'Île et leur impressionnant éléphant mécanique.
    L'identification du corps de cette inconnue s'avère difficile, et va amener les deux OPJ à sillonner Nantes et ses quartiers.
    L'animation nocturne régnant sur le quai des Antilles, autour du Hangar à bananes, va attirer leur attention...

    Hangar 21

    Biographie:

    Connu et reconnu bien au-delà des frontières bretonnes, Firmin Le Bourhis est aujourd’hui l’un des auteurs de romans policiers bretons les plus appréciés, avec trente enquêtes déjà publiées. Il est également l’auteur d’essais sur des thèmes médicaux et humanitaires.

    Après une carrière de cadre supérieur de Banque, Firmin Le Bourhis, passionné de lecture et d’écriture, s’est fait connaître en 2000 par un premier ouvrage intitulé Quel jour sommes-nous ?, suivi d’un second, Rendez-vous à Pristina, publié dans le cadre d’une action humanitaire au profit des réfugiés du Kosovo.
    Il s’est consacré ensuite à l’écriture d’une série policière, aux personnages récurrents, publiée aux Éditons Alain Bargain.
    Il anime des conférences sur deux thèmes «La maladie d’Alzheimer de A à Z» et «L’écriture du roman policier - de la 1ère idée de l’auteur... au livre dans le rayon du libraire» dans des réunions ouvertes au public, médiathèques, associations culturelles, associations caritatives, lycées, etc.
    Il anime deux émissions sur Radio Harmonie Cornouaille, dont une hebdomadaire «Autour du livre» en donnant la parole à une bibliothèque, un club de lecture, un libraire, aux auteurs et aux auditeurs passionnés par la lecture pour évoquer un ou plusieurs livres.
    Ses ouvrages sont tous enregistrés à la bibliothèque sonore de Quimper au service des déficients et la totalité de ses droits d’auteur est versée à l'action concernant les trois maladies neuro-dégénératives que sont Alzheimer, Parkinson et la sclérose en plaques, qui lui tient particulièrement à coeur.
    Né à Kernével (commune de Rosporden) en 1950 , il vit et écrit à Concarneau en Sud-Finistère.


    16 commentaires
  • Une nouvelle semaine qui commence, c’est l’occasion de faire un petit point lecture

    Ce rendez-vous du "c’est lundi" se déroule chez Galléane pour parler de nos lectures passées, en cours et à venir

     Ce que j'ai lu la semaine passée:            C'est lundi que lisez-vous?     

     

                                                                         

    Ce que je suis en train de lire:                 
     

     

     Ce que je lirai cette semaine:                C'est lundi que lisez-vous?                    


    16 commentaires
  • Je participe au challenge " Lire en thème" chez mon amie Cathy, ICI ,il fallait choisir ce mois-ci: "Un livre avec un seul mot dans le titre"

     Juillet 2017

    Lire en thème – Août 2016   

    J'ai choisi ce livre:

    Lire en thème – Juillet 2017

    Résumé:

    On peut tomber amoureux à onze ans, et pour la vie. C'est ce qui est arrivé au héros de ce livre. Dix ans plus tard il a retrouvé Cheyenne, le temps d'une nuit trop brève à l'issue de laquelle elle a disparu. Le jour où il reçoit une carte postale d'Anvers, revêtue de son seul nom, il part pour la Belgique, ne doutant pas qu'elle l'appelle...

    Prix Goncourt 1994 pour "Un aller simple", Didier van Cauwelaert nous donne ici une histoire d'amour où le sourire, loin de briser l'émotion, ne fait que rendre plus humains et plus proches des personnages porteurs de blessures secrètes. Une alchimie subtile qui nous envoûte d'un bout à l'autre du roman.

     

    Lire en thème – Juillet 2017

     

    Biographie:

    Didier van Cauwelaert est un écrivain français, né le 29 juillet 1960 à Nice, issu d'une famille ayant des origines belges.
    A huit ans, pour devenir indépendant et nourrir sa famille, Didier van Cauwelaert décide de publier des romans. Face aux refus des éditeurs et aux menaces de ses parents, il est sur le point d'abandonner la littérature à dix ans et demi, lorsqu'il croise Greta Garbo dans un restaurant. Du hasard de cette rencontre naît l'idée d'un entretien imaginaire. De larges extraits paraîtront dans le courrier des lecteurs de "Télé-7-jours". Cette première publication inespérée sauve ses ambitions d'écrivain. Il reprend donc son stylo, ses enveloppes et le fichier des éditeurs parisiens. Il finit par trouver un éditeur qui s'intéresse à lui, en 1981, après treize ans de traversée du désert. S'ensuit la publication de romans avec lesquels il touche un public de plus en plus large: "Vingt ans et des poussières" (prix Del Duca 1982), "Poisson d'amour" (prix Roger Nimier 1984), "Les Vacances du fantôme" (prix Gutenberg 1987), "Un objet en souffrance" (1991) qui marque son arrivée chez Albin Michel. En 1994, "Un aller simple" est couronné par le prix Goncourt. En 2007, pour "Le père adopté" il reçoit le Prix Marcel Pagnol, récit dans lequel il rend hommage à son père. Il a publié plus récemment Les témoins de la mariée (2010) et La femme de nos vies (2013), récompensé par le Prix des Romancières 2013 et le Prix Messardière du Roman de l'été. Son roman, Jules (2015) a aussi connu un franc succès. Il raconte l'histoire du labrador Jules jouant l'entremetteur entre une ravissante speakerine aveugle de RTL et un surdiplômé d'origine syrienne, vendeur de macarons à Orly en attendant mieux.

    Admirateur de Marcel Aymé et de Romain Gary, romancier, dramaturge et scénariste, van Cauwelaert est l'auteur d'une ouvre abondante qui touche un large public.

     

    Son oeuvre est en partie marquée par des personnages qui ont des problèmes identitaires, qui ne réussissent pas à assumer leur position dans la société, parfois à cause d'un manque parental.

    Didier van Cauwelaert a également travaillé pour le cinéma en tant que scénariste, et a réalisé deux films.


    7 commentaires
  • Une nouvelle semaine qui commence, c’est l’occasion de faire un petit point lecture

    Ce rendez-vous du "c’est lundi" se déroule chez Galléane pour parler de nos lectures passées, en cours et à venir

     Ce que j'ai lu la semaine passée:              C'est lundi que lisez-vous?

     

                                                                         

    Ce que je suis en train de lire:                C'est lundi que lisez-vous?                                         

     

     Ce que je lirai cette semaine:                        


    22 commentaires
  • Je viens de terminer ce livre offert par Matthieu:

    Les saisons de la solitude

    Résumé : 
    Salué par Jim Harrison, Le Chemin des âmes, premier roman aussi ambitieux qu'obsédant, a révélé Joseph Boyden comme l'un des meilleurs écrivains canadiens.

    Les Saisons de la solitude reprennent la trame de cette oeuvre puissante, entremêlant deux voix et deux destins : Will, un ancien pilote plongé dans le coma après une agression, et Annie, sa nièce, revenue d'un long et pénible voyage afin de veiller sur lui. Dans la communion silencieuse qui les unit, se lisent leurs drames et conflits les plus secrets. Prend alors forme une magnifique fresque, individuelle et familiale, qui nous entraîne de l'immensité sauvage des forêts canadiennes aux gratte-ciel de Manhattan. 

    Ce roman saisissant, porté par la poésie brute de Joseph Boyden et l'humanité de son regard, a été couronné à l'automne 2008 par le plus grand prix littéraire canadien, le Giller Prize.
     
    Résultat de recherche d'images pour "Joseph Boyden"
     
    Biographie :
    Nationalité : Canada 
    Né à : Willowdale , le 31/10/1966 

    Joseph Boyden a des origines mêlées, irlandaises, écossaises et indiennes. Adolescent il est inscrit chez les jésuites, à la Saint Brebeuf High School de Toronto. 

    On le retrouve ensuite au Northern College de Moosonee où il termine ses études littéraires puis part pour le sud des États-Unis. Il y sera tour à tour musicien dans un orchestre ambulant, fossoyeur ou encore barman. 

    Son premier roman, "Le chemin des âmes" ("Three Day Road") (Albin Michel 2006), suivait deux indiens Crees, engagés dans l’armée canadienne pendant la Première Guerre mondiale. Il a remporté le prix Amazon en 2006.

    Son deuxième roman, "Through Black Spruce" ("Les Saisons de la solitude"), remporte le prix Giller en 2008. 

    En 2014, "The Orenda" ("Dans le grand cercle du monde") raconte les guerres fratricides entre Indiens. Comme dans "Three Day Road", trois voix se superposent dans le récit. 

    Il est également l'auteur d'un recueil de nouvelles intitulé "Born with a tooth" ("Là-haut vers le nord").
     
     

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique