• Jeux

    Ici vous trouverez de petits jeux glanés chez les "autres"....

  • Lady Marianne nous propose "Mardi poésie": ICI

     

    Mardi poésie

    Un poème qu'on aime,

    Quelques mots si l'on veut!

    Cette semaine, thème choisi par Mamyvel:

    Soleil couchant

     

    Soleils couchants 

    Une aube affaiblie
    Verse par les champs
    La mélancolie
    Des soleils couchants.

    La mélancolie
    Berce de doux chants
    Mon coeur qui s'oublie
    Aux soleils couchants.

    Et d'étranges rêves,
    Comme des soleils
    Couchants, sur les grèves,
    Fantômes vermeils,

    Défilent sans trêves,
    Défilent, pareils
    A de grands soleils
    Couchants sur les grèves.
     
    Paul Verlaine 1844 - 1896

    Mardi poésie


    11 commentaires
  • Tout d'abord, voici ce qu'il en est de cet exercice ...en plus de tout savoir ici :

    http://www.ma-chienne-de-vie.com/ ICI

     

    Vous n'avez pas oublié le principe du jeu ?

     

    Avec les lettres proposées,
    faire des mots de 5 lettres au moins et au moins 5 mots

     

    puis les inclure dans un texte sur un thème de votre choix
    merci de déposer votre lien d'article sous cet article


    celles qui ne font pas de texte trouver le plus de mots possible

     

    *******************


    je donne le jeu le lundi et vous publiez le dimanche 


    Je vous propose 17 LETTRES

    adjectif féminin pluriel

    Qui n'a qu'une seule et même substance (en parlant de Dieu)

    A E E I O U C B L L N N S S S S T T 

    Après tout pourquoi pas j'adore ce genre de jeux Lady!

    Le défi de Lady Marianne

    Voici tout d'abord le mot trouvé avec toutes les lettres: 

    CONSUBSTANTIELLES

    Facile de trouver des mots de 5 lettres et plus:
    Bouillasse, éclaboussés,ballotés, botanistes, laotiens, sablonneuse, stationné, toiles, tente, Bosniens, Estoniens, lieutenant, cannois, nébulosités, éblouissant, ablutions, nouilles, ciboulette, saucisses,  boulettes, cassoulet, annuelles, bisannuelles, insoutenable....

     

    Voici mon petit texte, je surlignerai les mots trouvés avec ces lettres

    Après avoir roulé dans la bouillasse où ils étaient constamment éclaboussés et ballotés, les botanistes laotiens traversèrent une étendue sablonneuse. Lorsqu'ils eurent stationné leur véhicule, ils montèrent leurs toiles de tente en attendant les Bosniens, les Estoniens et le lieutenant cannois qui devaient arriver. Quelques nébulosités dans le ciel éblouissant. Ils firent rapidement leurs ablutions. pour le premier jour ils avaient un repas tout prêt: des nouilles à la ciboulette, des saucisses et des boulettes de viande. Ensuite ils auraient des conserves de cassoulet. Demain ils partiraient tous découvrir les plantes annuelles ou bisannuelles sous une chaleur insoutenable....

    Le défi de Lady Marianne


    9 commentaires
  • Pour le thème:  Lady Marianne propose églises-chapelles.

    Le samedi, on présente un seul tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plait ou nous émeut, ou nous trouble.

    Et voilà.

    Le tableau du samedi chez Lady Marianne

    Vous n’avez pas fait les beaux arts ? Moi non plus!

    On parle d’émotions,
    deux mots sur le peintre,
    et on partage
    dixit mamazerty

    On s’inscrit (ou pas) à la communauté là :

    https://www.over-blog.com/community/le-tableau-du-samedi-de-lady-marianne

    Je choisis ce tableau:

    Le Tableau du samedi chez Lady Marianne

    Henri Barnoin: Le lavoir de La Chapelle de Bonne Nouvelle Locronan

    Henri Barnoin (1882 – 1940 – Paris)
     

    Né dans un milieu d’artistes, Henri Barnoin est l’élève de Luc-Olivier Merson et de Émile Charles Dameron à l’École des beaux-arts de Paris.Au cours de l’année 1909, Henri Alphonse Barnoin expose pour la première fois ses œuvres au Salon de Paris et y obtient une mention honorable. Cela sera suivi par une médaille d’argent en 1921 et une médaille d’or en 1935.

    Il vient dès 1912 à Concarneau où il va s’installer à demeure une partie de l’année à partir de 1919. Ayant boutique sur le quai Pénéroff, il est le témoin privilégié de l’animation du port, qu’il ne se lasse pas de peindre et fait alors partie du groupe de Concarneau. On dénomme ainsi les nombreux peintres français1 et étrangers2 attirés par cette ville et sa région à la fin du xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle.

    Avec ses halles majestueuses et sa grande place, Le Faouët est une de ses étapes privilégiées. Il y retrouve son ami Arthur Midy, qui y a élu domicile. En 1933, son tableau de la chapelle Saint-Fiacre lui vaut de recevoir le prix de l’Association des paysagistes français. Mais d’autres sujets l’attirent : il visite les autres ports bretons de la côte Atlantique et il parcourt la région en tous sens : il peint aussi à Quimperlé, Quimper, Locronan, Penmarc’h, Douarnenez, Auray, etc.

    Également pastelliste, il aime jouer sur les effets de lumière tels les levers et couchers de soleil (il est parfois qualifié de peintre post-impressionniste), mais représente aussi souvent des groupes de bretonnes en tenue traditionnelle, des pêcheurs et autres thèmes portuaires, des scènes de marché, des processions, mais aussi des paysages de côte rocheuse, etc.

    Il devient Peintre officiel de la Marine en 1926.

    Une centaine d’œuvres de ce peintre épris de couleur et de lumière ont été présentées au musée du Faouët lors d’une exposition qui lui a été consacrée en 2006.


    15 commentaires
  • logo expressions pittoresque

     

    Tous les jeudis chez Lilou soleil: ICI

    Vous avez envie de jouer ?  Le règlement  ICI 

     

    "Il n'y a pas de rose sans épines": Rien n'est parfait

     

    L’origine:

    Cette expression date du XVIIe siècle. Il s'agit d'une métaphore pour exprimer que rien n'est parfait, la rose est une des fleurs les plus belles qui existent et pourtant elle a la particularité de posséder des épines et donc de piquer.

    Expressions pittoresques ou la quintessence de la sapience


    5 commentaires
  • Lady Marianne nous propose "Mardi poésie": ICI

     

    Mardi poésie

    Un poème qu'on aime,

    Quelques mots si l'on veut!

    Cette semaine, thème choisi par Zaza Rambette:

    Chute des feuilles! 

    La chute des feuilles

    De la dépouille de nos bois
    L'automne avait jonché la terre ;
    Le bocage était sans mystère,
    Le rossignol était sans voix.
    Triste, et mourant à son aurore,
    Un jeune malade, à pas lents,
    Parcourait une fois encore
    Le bois cher à ses premiers ans :
    " Bois que j'aime ! adieu... je succombe.
    Ton deuil m'avertit de mon sort ;
    Et dans chaque feuille qui tombe
    Je vois un présage de mort.
    Fatal oracle d'Epidaure,
    Tu m'as dit : " Les feuilles des bois
    "A tes yeux jauniront encore ;
    "Mais c'est pour la dernière fois.
    "L'éternel cyprès se balance ;
    "Déjà sur ta tête en silence
    "Il incline ses longs rameaux :
    "Ta jeunesse sera flétrie
    "Avant l'herbe de la prairie,
    "Avant le pampre des coteaux. "
    Et je meurs ! De leur froide haleine
    M'ont touché les sombres autans ;
    Et j'ai vu, comme une ombre vaine,
    S'évanouir mon beau printemps.
    Tombe, tombe, feuille éphémère !
    Couvre, hélas ! ce triste chemin ;
    Cache au désespoir de ma mère
    La place où je serai demain.
    Mais si mon amante voilée
    Au détour de la sombre allée
    Venait pleurer quand le jour fuit,
    Eveille par un léger bruit
    Mon ombre un instant consolée. "
    Il dit, s'éloigne... et, sans retour...
    La dernière feuille qui tombe
    A signalé son dernier jour.
    Sous le chêne on creusa sa tombe...
    Mais son aimante ne vint pas
    Visiter la pierre isolée ;
    Et le pâtre de la vallée
    Troubla seul du bruit de ses pas
    Le silence du mausolée.

    Charles-Hubert Millevoye 

    1782 - 1816

    Mardi poésie


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique